Faq

VIH ET SIDA :
QUELLE DIFFÉRENCE?

Le VIH est un virus qui attaque principalement les lymphocytes CD4, ces globules blancs qui permettent à l’organisme de se défendre contre les infections dues à des bactéries, virus, champignons, parasites, ou même contre les cellules cancéreuses.

Une personne séropositive est une personne infectée par le VIH.

La première période qui suit l’entrée du virus dans le corps est appelée la primo-infection. Elle est parfois accompagnée de symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe (fièvre, maux de gorge, douleurs musculaires, fatigue…), parfois non. Après quelques semaines, ces symptômes disparaissent, et s’en suit alors une période pendant laquelle il n’y a aucune manifestation. Cette phase, dite asymptomatique, peut durer, sans traitement, jusqu’à 10 ans dans certains cas. Le virus est pourtant bel et bien présent dans l’organisme et peut être transmis à d’autres personnes.

Par la suite, en l’absence de traitement efficace contre le VIH , le système immunitaire de la personne atteinte s’affaiblit. Apparaissent alors des symptômes d’infection, comme la fatigue chronique, la fièvre, une importante perte de poids, etc. C’est le signe que l’organisme ne parvient plus à se défendre correctement. Même des microbes qui ne posent habituellement aucun problème, car rapidement éliminés, vont devenir des intrus dangereux pouvant créer de vraies maladies. On parle alors d’infections opportunistes, puisqu’elles profitent de la faiblesse du système immunitaire.

Le sida est la manifestation la plus grave et la plus sévère de l’infection par le VIH. Il se déclare par un ensemble de maladies, cancers ou infections, qui profitent donc du mauvais fonctionnement du système immunitaire pour se manifester. Ce sont les infections opportunistes, et non le sida lui-même, qui emportent le plus souvent les personnes non traitées.

Le VIH ne se transmet pas lors d’activités de la vie quotidienne.
Partager un repas, la vaisselle, le linge, toucher quelqu’un, parler, travailler avec une personne vivant avec le VIH, ne comportent aucun risque de transmission.
Le VIH se transmet par :
►voies sexuelles
►voies sanguines
►de la mère à l’enfant durant la grossesse, l’accouchement ou     l’allaitement

SEXE
Les rapports sexuels sans condom avec pénétration anale ou vaginale sont les principaux modes de transmission du virus. Une seule relation sexuelle peut suffire pour que la transmission ait lieu, sans être non plus systématique.
Lors de relations orales, s’il y a de petites lésions dans la bouche (aphtes, irritation des gencives…), le contact des muqueuses buccales et génitales peut devenir un passage pour le VIH.
Il faut également recouvrir d’un condom les accessoires érotiques et en changer à chaque nouvelle utilisation.

 

MÈRE/ENFANT
Lorsqu’une femme est atteinte du VIH, la grossesse, l’accouchement et l’allaitement maternel comportent des risques de transmission du virus à l’enfant. Les traitements, là où disponibles, ont considérablement réduit ces risques.

HYGIÈNE PERSONNELLE
Il faut éviter de partager des objets d’hygiène susceptibles d’être en contact avec le sang : rasoirs, brosses à dents…

RISQUE ZÉRO
Le VIH ne se transmet pas par le baiser. Ni par la toux, ni par les éternuements. On ne peut pas être infecté par une piqûre de moustique.

SANG
L’injection de drogues par voie intraveineuse constitue aussi un mode majeur de transmission du virus. Il est impératif d’utiliser uniquement du matériel stérile d’injection et de ne jamais partager seringues et matériel pour le shoot.
L’acupuncture, le tatouage ou le piercing comportent des risques si les règles de stérilisation et d’hygiène et l’emploi de matériel à usage unique ne sont pas respectés.

Contact

Nous suivre

NEWSLETTER

Votre adresse email: