En 2018, UCOP+ a bénéficié du nouveau modèle du financement (NMF2) du fonds mondial qui passe par CORDAID. Cet appui permet de mettre en œuvre l’observatoire communautaire.

Le rapport consolidé de T2-2019 pour trois provinces (Kinshasa « 31 zones de santé », Nord-Kivu « 21 zones de santé » et Kasaï-Oriental « 10 zones de santé ») à révéler des problèmes d’accès aux services, de disponibilité des services et de satisfaction des bénéficiaires nécessitant une attention particulière.

En effet, 21% des bénéficiaires font plus d’une heure pour se rende dans les structures des soins et 76% des bénéficiaires interviewés payent le transport pour se rendre au lieu de dispensation des soins.

Pour assurer la gratuité des soins chez les PVVIH et les coïnfectés VIH/TB, les bailleurs de fonds appuient le services VIH/TB tels que dépistage du VIH et de la tuberculose, les ARV, le traitement antituberculeux et le suivi biologique. L’enquête qualitative du cinquième trimestre selon le projet et le rapport consolidé du 2ème trimestre, révèlent que 11 % de ces bénéficiaires paient pour avoir accès à certains services. Parmi, 47% paient pour achat des fiches de consultation, 43% pour la consultation médicale, 17% pour l’hospitalisation et 16% pour le renouvèlement des ARV.

Les ruptures de stock ont touché 2% des bénéficiaires. 30% des bénéficiaire n’ont pas été satisfait des services offerts par les prestataires.

Le rapport concerne l’enquête qualitative menée au deuxième trimestre 2019 en vue d’approfondir la compréhension des déterminants de cette situation.

BUT DE L’ENQUETE

Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des personnes vivant avec le VIH par l’accès de soins à tous et un service optimal.

OBJECTIF PRINCIPAL

Identifier les différentes causes contribuant à la persistance des défis sur d l’accès aux soins et la disponibilité des services VIH/TB en vue d’une action optimale et adaptée en faveur d’une minimisation de ces problèmes.

OBJECTIFS SECONDAIRES

  • Comprendre l’importance qu’accorde les prestataires sur les ruptures de stock en tests VIH/TB et médicaments ARV et antituberculeux dans le lieu des soins ;
  • Annoncer les ressentis des bénéficiaires sur les ruptures de stock en médicaments VIH/TB ;
  • Expliquer pourquoi les bénéficiaires ne sont pas satisfaits des services fournis par les prestataires ;
  • Identifier les raisons qui poussent les bénéficiaires de fréquenter les lieux de dispensations situés à plus d’une heure de marche ;
  • Démontrer les raisons qui font que les prestataires demandent de l’argent à certains services supposés être gratuits ;
  • Formuler les recommandations adaptées aux problèmes qui seront enregistrés lors de cette enquête.

Clicquer ICI pour télécharger le rapport



Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services, en cliquant sur un lien de cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies.